Les PuppetMastaz + Heymoonshaker

Accueil > Galerie > Les PuppetMastaz + Heymoonshaker

16/02/2013

01.jpg
02-10.jpg
03-11.jpg
04.jpg
05.jpg
06.jpg
07.jpg
08.jpg
09-10.jpg
010-10.jpg
011.jpg
012-9.jpg
013.jpg
014.jpg

Tarifs (hors frais de location) :
Prévente (fnac, ticketnet, digitick) :
15,00 € / 18,00 €
Sur place : 21,00 €

Ouverture des portes : 20h00
Concert 1èrepartie - Heymoonshaker  : 20h30
Concert Les PuppetMastaz : 21h20

Concert debout.
Espace PMR matérialisé (accessibilité aux personnes handicapées) à proximité de la scène.
Pas de vestiaires.
Petite restauration sur place (sandwichs – gaufres).

 

LES PUPPETMASTAZ

« Qui aurait cru qu’un groupe de hip hop mené par des marionnettes tiendrait si longtemps dans le rap game ? Même 50 Cent n’a pas enregistré autant d’albums.

Les PuppetMastaz sortent le 26 mars leur cinquième album studio « Revolve and step up ! », après deux EP en début de carrière et un album live « Clones », enregistré à Berlin leur ville natale en 2007. Les PuppetMastaz ont plus de quatre cents concerts au compteur, avec sur la route douze marionnettes-animaux sur les trente-cinq que compte leur crew. Les PuppetMastaz pourraient donner des leçons de longévité aux plus grands pourtant elles aussi ont failli craquer. En 2009, elles annonçaient leur séparation avec leur album « The Break Up », avec pour ligne de conduite : « Tu fais ton morceau, je fais le mien, et ne me fais pas chier ». Pour les PuppetMastaz pour qui le monde se divise en Humains et Marionnettes, l’espoir était mort de voir un jour réussir la PuppetRevolution. Les Humains ont toujours le contrôle, rien n’a changé. Les trois membres principaux du groupe, Mr. Maloke, le leader taupe avec son haut-de-forme, Snuggles le lapin, et Rhyno, le rhinocéros se rejetaient la faute : aucun n’avait su convaincre leur public. Ils décident donc de faire un break, et d’entamer une nouvelle vie.

Le leader Mr. Maloke et quelques autres marionnettes participent à une pièce de théâtre pour enfants et adultes, partageant pour la première fois la scène avec des Humains pour « Frankenstein’s Little Red Riding Hood », qui mélange les contes des frères Grimm et la légende de Frankenstein. Snuggles, le lapin, a quitté l’Allemagne pour l’Inde où il étudie la musique folklorique indienne. Rhyno s’est concentré sur la production de morceaux. Tango se passionne pour l’art culinaire. Mais au bout de deux ans, les PuppetMastaz ont fini par s’ennuyer des uns et des autres. Mr. Maloke, le cerveau du groupe, a réfléchi à un nouvel album intitulé « Revolve and Step up ! ». Il explique comme il le fait dans l’intro du CD à Snuggles et dans le morceau très ragga-hip hop, « Mr Doubt » : « Revolve, ça veut dire retourner. Quand il y a un problème qui se pose à vous, le mieux, c’est de le tourner dans les tous les sens et le regarder sous un autre angle. Une fois que vous avez résolu le problème, vous passez à autre chose et vous accélérez. C’était un peu notre situation aux PuppetMastaz. On avait un problème : on pensait avoir plus d’influence sur les Humains, et finalement les Humains nous ont traités comme un autre vulgaire groupe de rock, comme un simple objet de divertissement. Nous, notre but, c’est de mener la révolution des marionnettes et des animaux. Malheureusement, nous avons échoué. Ça nous a totalement déprimés. Notre dépression nous a même menés à penser que nous ne pourrions plus jamais faire de musique, ou partir en tournée… et puis finalement, en regardant le problème différemment, on s’est dit : « Peut-être que nous avons vu trop grand. » Nous avons revu à la baisse l’impact que nous pouvions avoir sur les Humains. Arrêtons de croire que nous pouvons changer le monde entier, peut-être que c’est déjà bien si nous arrivons à en convertir quelques-uns. En quelque sorte, nous avons admis qu’il était déjà pas mal d’avoir un petit peu d’influence plutôt que pas du tout. »

Finalement, les PuppetMastaz sont revenus à leurs fondamentaux car à la naissance du groupe, il y a six Humains, six producteurs de musique électronique passionnés de hip hop, mais qui veulent rester anonymes : Bomb 20, N1tro, Patric Catani (connu dans la scène gabber sous le nom E-De-Cologne), Paul PM Affeld aka Mr.Maloke, Gonzo and Marquis. Sur cet album, Les PuppetMastaz mixent comme à leurs habitudes les genres musicaux qu’ils affectionnent : le hip hop de Method Man à Cypress Hill en passant par Redman, le dancehall dont le « Innerself Respect » est un formidable manifeste sur ce disque, et la musique électronique présente sur quasiment tous les morceaux : « C’est l’influence de Berlin, résume ainsi Mr.Maloke aka Paul PM Affeld, auteur et compositeur de la plupart des morceaux. « Nous travaillons avec différents beatmakers, certains font de la house music, d’autres sont plus hip hop. » Les PuppetMastaz n’ont pas vraiment changé, ils ont gagné en intensité et ont juste renoncé à leurs projets fous : « Souvent, explique Maloke, on entre dans le monde de la musique avec des principes très idéalistes. On essaie d’apporter des messages et de la sagesse, mais on nous traite comme des clowns. Le public et l’industrie te disent en quelque sorte : « Bon ça va, je me suis bien amusé aujourd’hui, maintenant je m’ennuie, j’ai besoin d’un autre clown. » C’est assez déprimant en tant qu’artiste quand tu prends conscience que finalement, non, tu ne pourras pas changer le monde. D’ailleurs, je ne sais même pas d’où ça vient cette idée saugrenue que les artistes peuvent changer le monde. »

Quant à leur longévité et à leur formidable succès, Mr. Maloke a une explication toute simple : « Je pense que les humains eux-mêmes en ont marre de voir des humains faire les musiciens. Il n’y a finalement que des groupes de rap ou de rock humains. Nous, nous sommes des marionnettes-animaux. Les gens sont contents de pouvoir s’identifier à un lapin, à un cheval, un rhinocéros ou une grenouille. Ces humains deviennent de plus en plus ennuyants à crier pour attirer l’attention.

Les marionnettes ont un message plus profond à faire passer : nous sommes tous des animaux différents. » »

 

HEYMOONSHAKER

Le duo Heymoonshaker est un mélange éclectique et viscéral de blues et de beatbox mené d’une main de maître par le chanteur/guitariste Andrew Balcon et son acolyte Dave Crowe au beatbox.

Basé en Suède, Heymoonshaker voit le jour à Nelson, en Nouvelle Zélande, fin 2009. Après avoir écumé bars et lieux de concerts, ils enregistrent le premier album de Beatbox Blues en duo grâce à l’aide de Backyard Music Productions.

Après quelques mois de promotion, le groupe se sépare, et chacun réalise son projet solo, multipliant les rencontres ethniques et artistiques… Jusqu’en 2011, où il décident, à Göteborg, de parcourir le monde à nouveau ensemble.