Stuck in The Sound + The Bewitched Hands

Accueil > Galerie > Stuck in The Sound + The Bewitched Hands

26/01/2013

06_the_bewitched_hands.jpg
07_stuck_in_the_sound_.jpg
08_stuck_in_the_sound_.jpg
09_stuck_in_the_sound_.jpg
010_stuck_in_the_sound.jpg
03_the_bewitched_hands_.jpg
04_the_bewitched_hands.jpg
05_the_bewitched_hands.jpg
011_stuck_in_the_sound_.jpg
013_stuck_in_the_sound.jpg
014_stuck_in_the_sound.jpg
015_stuck_in_the_sound.jpg
016_club_bizarre.jpg
017after.jpg
018_after.jpg
020_after.jpg

Première partie : The Bewitched Hands

+ Club bizarre en after

Tarifs (hors frais de location) :
Prévente (fnac, ticketnet, digitick) : 15,00 € / 18,00 €
Sur place : 21,00 €

Ouverture des portes : 20h00
Concert 1èrepartie – The Bewitched Hands : 20h30
Concert Stuck in The Sound : 21h20

Concert debout.
Espace PMR matérialisé (accessibilité aux personnes handicapées) à proximité de la scène.
Pas de vestiaires.
Petite restauration sur place (sandwichs – gaufres).

 

STUCK IN THE SOUND

"Depuis leur premier tube « Toyboy », il y a 10 ans maintenant, les STUCK IN THE SOUND ont grandi et acquis le statut de groupe avec lequel on peut compter.
En dix ans, 3 albums et autant de tournées à rallonge, le groupe a progressé et su trouver son équilibre. Les professionnels ne s’y sont pas trompés : tous les festivals les programment pour l’année à venir sur les grandes scènes - simplement parce qu’ils ont écouté et été convaincus par les premiers titres de l’album. Ajoutée à ça, une réputation plus que solide du groupe sur scène, une "fan base" importante et réactive, ce nouvel album « Pursuit » ne pouvait être qu’une des sorties les plus attendues sur la scène rock française.

« Pursuit » présente des facettes très diverses les unes des autres, des mélodies douces s’enchaînent avec des morceaux plus électro puis du rock héroïque comme « Bandruptcy », le teaser, déjà téléchargé près de 15 000 fois en l’espace de quelques jours et relayé par un nombre de sites et blogs incalculable. Mais toutes ces facettes sont marquées par le son Stuck, une signature musicale qui a fait ses preuves : Dans « Pursuit » il y a forcément un titre fait pour chacun dans cet album.

Le single « Brother », hypnotique et entraînant, également soutenu par un clip en animation plein d’ambition, saura séduire de nouveaux fans, recrutés également grâce au clip teaser de « Pursuit », réalisé au moyen de prouesses technologiques dignes des plus grands films et qui sera indéniablement la vidéo virale musicale du moment."

 

THE BEWITCHED HANDS

"Parfois, seulement parfois, à l’écoute du premier morceau d’un album on se prend une claque. Non seulement parce que le morceau en question vous décapite d’entrée de jeu avec une force par­faitement sauvage mais aussi parce qu’on sent que ce morceau ne va pas en rester là. Qu’il est bien plus que ça. Annonciateur d’un grand album sur lequel on n’a pas fini de revenir inlassablement.

C’est donc cette performance si rare et inattendue, qu’a réussie dès son deuxième disque The Bewitched Hands. Car Westminster, le premier morceau en question, a confirmé cette attente.

Que ce soit la mélancolie amphétaminée de Thank You, Good Bye, It’s Over, la pop nostalgique et syncopée du malicieux 50’s Are Good nous rappelant cet injustement oublié combo féminin ré­pondant au nom cryptique d’Electrelane, la tristesse contemplative de Words Can Let You Down ou Boss sous forme d’hommage à la scène de Sheffield… aucun des 12 morceaux qui hantent cet album ne cherche à désacraliser la beauté létale qui s’en dé­gage immanquablement. Un peu, finalement, comme si les Talking Heads avaient croisé les Beach Boys eux-mêmes en pleine discussion avec le légendaire Paul Williams apposant une touche finale à la composition de la bande originale de son cultissime Phantom Of The Paradise, alors que les Pixies débarqueraient de nulle part (ce qui tomberait bien car ces derniers - avec Daniel Johnston – occupent la meilleure place du Panthéon musical des Bewitched…).

Et d’ailleurs si le groupe avait été anglais ou américain, s’il résidait à Brighton ou bien à Portland, il aurait déjà fait la « Une » de Mojo, puis la « couv’ » de Uncut et enfin celle de Rolling Stone, sur le motif du « Renouveau de le Pop symphonique en mode punk, pastoral et psychédélique » pour finir par un dix pages dans le New Yorker sur le pourquoi du comment un groupe si « normal » peut accoucher d’une musique aussi extatique... Mais les « Bewitched » sont Français (de Reims pour être précis et pour ceux qui l’ignorent encore), et c’est tant mieux.

Les Bewitched Hands sont aussi passionnés que sincères dans leur démarche, une attitude qui leur donne toute chance de continuer à nous surprendre ainsi et pendant très longtemps."